Nourrir la vie créatrice de la femme...

[…] certains disent que la vie créatrice est dans les idées, d’autres qu’elle est dans les actes. Il semble que, la plupart du temps, elle soit dans le simple fait d’être.

Ce n’est pas de la virtuosité […] c’est aimer quelque chose à un point tel - une personne, un mot, une image, une idée, sa terre, ou l’humanité entière - que, de ce flot généreux, on ne puisse rien faire d’autre que créer. La volonté ne joue aucun rôle : on doit le faire, un point c’est tout.

 

Zénaïde Fleuriot,créativité,Pinkola Estès

Cahier de recherches, Tendance Impertinence, 2015 * <<Aimer sa terre>>

La force créatrice arrose le terrain de notre psyché. Elle cherche les canaux naturels, les Arroyos* qui existent en nous. Nous devenons ses bassins, ses mares, ses étangs, ses ruisseaux, ses sanctuaires.

 

arroyos

Island of Sergius, Valaam. 

 

Elle investit tous les lits que nous lui réservons, ceux avec lesquels nous sommes nées comme ceux que nous avons creusés de nos propres mains. Nous n’avons pas à remplir, nous n’avons qu’à réaliser.

In C. Pinkola Estés, Femmes qui courent avec les loups, Chapitre 10, l’eau claire : nourrir la vie créatrice, p.408.

 

*Arroyo : mot espagnol ; ruisseau, cours d’eau temporaire qui se remplit lorsqu’il pleut.

 

 * Illustrations:

A: La révolte des Penn sardin, Charles Tillon.(1897-1993)

B: Cendrier en faïence, les gars de la Marine, Henriot, Quimper

C: La Rustaude, roman de Zénaïde Fleuriot.(1829-1890).

D: Logo fête de la Bretagne, Gouel Breizh. 

E: les 5 départements bretons.

Commentaires

  • Vaste sujet que vous présentez d'une manière très "créative". Je me retrouve complètement dans votre post.

Les commentaires sont fermés.