crise

  • Tendance Impertinence et le retour à la simplicité comme alternative.

    Promenons-nous à l'Eco-Musée d'Alsace: voici quelques intérieurs austères reconstitués.
    Ne dirait-on pas des photos "ambiance déco contemporaine"?

    autrefois3.jpg



    Le plancher est en bois brut, le sol en terre cuite, les murs sont chaulés. Et le poële à bois, la cuisinière, ont un côté "désuet", authentique! C'est super tendance! Mais ... il y a 100 ans, ce dépouillement signifie souvent : pauvreté.

    autrefois1.jpg



    Les conditions de vie à la campagne en Europe ont changé (pas pour tout le monde). Par exemple: mes oncles et tantes agriculteurs aisés dans les années 60, voulaient le "chauffage central", les meubles en formica, de la tapisserie au mur ... Et dans leurs champs: beaucoup d'engrais et de pesticides...

    Moi -génération suivante-après avoir suivi la mode, j'ai abandonné les meubles en kit qui ne supportent pas mes nombreux déménagements. Le chauffage électrique a fait de moi -un temps- l'esclave d'EDF. J'envisage une maison en paille et du photovoltaïque. Et je récupère le mobilier bois de mes grands-parents qui est si beau...

    autrefois2.jpg




    Mais je n'adhère pas du tout à cet autre "esprit déco" qui est dans l'air du temps: accumulation d'objets, gadgets, nouveaux matériaux flashy, plastoc, surenchère de bidules et qui signifie pour moi: gaspillage et futilité. De tous temps, quand une société traverse une crise, on a envie de se replier chez soi, se fabriquer un autre univers, un décor de rêve; c'est humain. Alors que les temps sont à se tourner vers les autres et à partager -soit dit en passant-

    Je ressens profondément qu'il est urgent de faire profil bas, par respect pour ceux qui n'ont rien; par respect pour la planète. Je regarde ces intérieurs reconstitués de l'Eco-Musée, qui m'évoquent une certaine sagesse dans l'austérité. La simplicité est une alternative. A l'extérieur mais aussi à l'intérieur de soi. C'est juste un rappel; des sages l'ont dit avant moi!